Présentation du système  - lombricompostage

Aller au contenu

Menu principal :

Présentation du système 

LOMBRICOMPOSTAGE

LE LOMBRICOMPOSTAGE
Présentation du système



SOMMAIRE
1. Définition
2. Comparaison avec le compostage traditionnel (différences et avantages)
3. Composition d'un lombricomposteur à étages
4. Les vers (espèces et bonnes conditions)
5. Installation du lombricomposteur
6. Comment démarrer le système
7. Fonctionnement du lombricomposteur à étage (première phase, phase de roulement et récolte du compost)
8. Les autres acteurs du lombricompostage



1. DEFINITION

C'est une pratique de compostage à froid, qui consiste à transformer ses déchets organiques en lombricompost, par l'action de vers de terre spécifiques à cette méthode, et d'autres micro-organismes.
Un lombricomposteur peut être utilisé.



2. COMPARAISON avec le COMPOSTAGE TRADITIONNEL

DIFFERENCES
-
compostage à froid  : il n'y a pas de montée en température
-
présence CONTINUE de vers  : présents seulement lors d'une certaine phase du traditionnel
-
volume de déchets à traiter plus petit
-
le type de déchets introduit est limité  : par exemple agrumes et viandes déconseillés voir interdits

AVANTAGES
-
peut se pratiquer en intérieur
-
prend moins de place
-
transformation en compost 3 à 4 fois plus rapide
-
compost de meilleure qualité  : plus riche, meilleure rétention d'eau et facilite le passage des racines
-
pas besoin de retourner le composte  : éventuellement un peu de touillage
-
récupération, en plus du compost solide, d'un engrais liquide très riche


3. COMPOSITION D'UN LOMBRICOMPOSTEUR A ETAGE

Les autres noms donnés  : lombricompostière, vermicomposteur, vermicompostière, caisse / bac / boîte à vers, …


Ce sont deux photos à titre d'illustration. Il existe différents lombricomposteurs  : forme, taille, couleur, avec différentes options, ...

Remarque : Il s'agit de la composition « en plein fonctionnement », car au début il n'y a qu'un seul bac de travail.


4. LES VERS

Il existe des milliers d'espèce de vers et il ne faut pas prendre n'importe lesquelles pour le lombricompostage. Les plus utilisés, dans nos pays tempérés, pour cette pratique sont :

> Eisenia fœtida
D'une dizaine de cm, appelé aussi ver tigré,
de fumier, utilisé par les pêcheurs.


> Eisenia andrei
Ver rouge, également d'une dizaine de cm.


Remarque : il n'est pas conseillé d'utiliser deux espèces différentes car leurs descendance pourrait être stériles. Cependant, dans certain cas, une espèce peut prendre le dessus.

Ces espèces sont utilisées car elles  :

- supportent nos températures (sauf extrêmes),
- vivent nombreux dans un espace restreint,
- ont un cycle de croissance et de reproduction rapide, et
- «  mangent  » de grandes quantités par rapport à leur poids.

Les bonnes conditions  :
Un lombricomposteur est un véritable écosystème, lieu de vie des vers, et pour que tout fonctionne bien, il y a quelques paramètres à surveiller.

 

Pour les vers, fourchette de valeurs:

extrêmes de tolérances

idéales

Température (°C)

0 à 30/35*

15 à 25

Acidité (pH)

5 à 9

7,5 à 8

Taux d'humidité (en %)

70 à 90

75 à 85


Aération

Le lombricompostage est un système aérobie (besoin d'oxygène).
Les vers ont besoin d'air pour respirer  : pour un bon fonctionnement l'air doit pouvoir circuler dans le lombricomposteur.

*Vous avez plus de précisions concernant les températures, aux pages "conseils importants pour démarrer" et "les détails de la pratiques"

Plus on se rapproche des valeurs idéales, plus les vers se sentent bien et le système fonctionne, et inversement  : plus on se rapproche des valeurs extrêmes, plus les vers risquent de mourir et le système de dysfonctionner.

A part la température (et encore...), il ne sera pas nécessaire de faire des mesures – d'acidité, humidité et aération. Ces paramètres peuvent être régulés assez facilement  : vous trouverez les informations dans la page «  les détails de la pratique  ».                              

5. INSTALLATION DU LOMBRICOMPOSTEUR

En fonction du lombricomposteur choisit, l'installation sera différentes. Se référer donc aux notices fournies ou autres.

Mais globalement le principe est simple  :
- Posez le premier bac de travail (dont le fond est percé de trous) sur le bac de récupération du liquide.


- Laissez les autres bacs de côtés, vous n'en n'aurez pas besoin tout de suite.
- Si vous avez des options (pieds, roulettes, robinet), rajoutez les avant de poser le 1er bac de travail.
- Et bien sûre le couvercle, qui devra toujours être présent (à quelques rares exceptions!) dès le démarrage du système.


6. COMMENT DEMARRER

Dans le premier bac de travail, ajoutez la litière* (carton, fibre de coco, …), puis les vers.

Remarque  : certains vendeurs fournissent directement la litière avec les vers.


Rajoutez éventuellement une poignée de vos déchets organiques.










Si vous avez opté pour l'option tapis d'humidification*, posez le sur les déchets.

Et bien sûre pensez à mettre le couvercle.

Puis LAISSEZ QUELQUES JOURS AU REPOS  : environ 7 jours, avant de commencer à alimenter régulièrement.

*Pour plus de précisions, sur le choix de votre lombricomposteur, la quantité de vers dont vous avez besoin, les différentes litières, le tapis d'humidification, et bien d'autres, consultez la page conseils importants pour démarrer. (quand on clique sur «  conseils importants pour démarrer  » on arrive sur la page)


7. FONCTIONNEMENT DU LOMBRICOMPOSTEUR A ETAGES

Les nombre de bac et la durée de remplissage des bacs pouvant être variable (1 semaine à 2 mois) suivant les besoins des différents utilisateurs  : afin d'illustrer le fonctionnement du lombricomposteur à étages, prenons l'exemple d'une famille moyenne qui remplit un bac en 3 semaines, et dont la production de déchets demande 3 bacs au total.







*S'il reste encore des vers dans le compost, et que vous ne voulez pas les récupérer avec celui-ci, ou que vous souhaitez tout simplement les garder dans votre lombricomposteur, vous pouvez utiliser cette technique de récolte du compost  :
-
Faire en sorte que le lombricomposteur soit à une source lumineuse, l'idéal étant le soleil, mais une lumière artificielle pourra faire l'affaire.
-
Poser le bac de compost (qui se situait tout en bas) sur celui le plus récent.
Les vers fuient la lumière, et vont se réfugier plus en profondeur dans le compost.
-
Gratter et récupérer le compost de surface.
-
Les vers continuent à s'enfuir en profondeur.
-
Continuer à «  gratter  » au fur et à mesure que les vers s'enfoncent, jusqu'à ce qu'ils soient passer dans le bac du dessous et que tout le compost ait été ramassé.

IMPORTANT  : Pensez à introduire, avec vos épluchures, de la matière carbonée (cartons, boîte d’œufs, rouleau PQ, …), et dans l'idéal, quelques coquilles d’œufs grossièrement broyées.

Remarque vocabulaire  :
Au début, le bac du bas (mis en premier) est «  le premier bac  », et les suivants le deuxième, troisième, …
Lors de la phase de roulement, on a plutôt tendance à appeler «  premier bac  » le plus récent, et en descendant (donc de plus en plus anciens) les suivants.


8. LES AUTRES ACTEURS DU LOMBRICOMPOSTAGE

Les vers ne sont pas les seuls à participer à la transformation des déchets en matière organique, bien au contraire  !

Bien trop souvent quand on parle de lombricompostage, on ne parle que du lombricomposteur et des vers, ce qui a pour effet de surprendre, voir d'inquiéter les nouveaux utilisateurs lorsqu'ils découvrent les autres acteurs.

Les vers ne peuvent pas s'attaquer directement aux déchets, ils n'ont pas de dents. Ils ont besoin, que ceux-ci soit «  préparer  » par d'autres organismes et micro-organismes.
Vous trouverez donc, à l’œil nu, des collemboles et acariens, ainsi que des moisissures. Mais il y a aussi, au niveau microscopique, des bactéries et actinomycètes.
Les vers enchytréides sont également assez courant, mais pas systématiques, il ne sont cependant pas utiles au système.
Plus rarement vous pourrez trouver des isopodes (cloportes), des «  mille-pattes  », des fourmis, etc.

En fonction des différents acteurs, ils peuvent être ou non utiles, nuisibles, juste gênant, reflet d'un déséquilibre, ...

Certains servent de nourriture, d'autres nettoient les résidus, d'autres encore transforment les déchets des uns pour être utilisés par d'autres, et tous contrôlent mutuellement leurs population.

> Les sols au contenu organique élevé sont plus susceptibles de contenir un grand nombre d'organismes du sol. Et comme la nature du lombricomposte est principalement organique, il ne faut pas être surpris d'y trouver ces organismes, en grand nombre et variétés multiples.



 
 
 




Retourner au contenu | Retourner au menu